“L’inspiration, c’est pour les amateurs”

“L’inspiration, c’est pour les amateurs”

L’autre jour, je regardais une interview d’un photographe. (Oui parce que j’aimerais aussi me lancer dans la photo, je pourrais t’en parler dans une série d’articles si ça t’intéresse, après tout, ça rentre aussi dans la thématique du carnet de voyage ! 😉 ). Bref, toujours est-il que ce monsieur a sorti une phrase qui m’a beaucoup plu :

“L’inspiration, c’est pour les amateurs”

Qu’est ce qu’il voulait dire par là ? Et bien que beaucoup de gens croient que les grands artistes ont une espèce de don, d’inspiration bouillonnante, et que leurs œuvres se créent toutes seules dans leur tête, en permanence, sans aucun effort. Et que nous, pauvres mortels, comme nous n’avons pas l’inspiration divine, ben on est voués à tâtonner sans grand résultat.

Attention spoiler : C’est FAUX ! 🙂 Et c’est plutôt une bonne nouvelle ! En tant que novice, on peut être tenté d’attendre vainement la fameuse inspiration pendant des heures et des jours… Et de ne pas oser se lancer tant qu’on a pas l’idée du siècle. Mais la vérité, c’est que le meilleur moyen d’arriver à quelque chose, c’est d’essayer ! Encore et encore, jusqu’à trouver l’idée qui nous plaît, le bon geste, la bonne couleur, la bonne technique… (T’as compris l’idée)

Alors on arrête de rêvasser assis à son bureau en cherchant l’inspiration au plafond, on prend son crayon, et on griffonne, on gribouille, jusqu’à ce que ça vienne. (Bon, et si VRAIMENT c’est pas ton jour et ça ne vient pas, ne t’inquiète pas, fais une pause, va te promener, ou reviens demain, et recommence. C’est en pratiquant qu’on finit par y arriver !)

Comme je suis sympa, je vais te donner quelques astuces pour stimuler un peu ta créativité…

Ton carnet de croquis de la honte

Je trouve cette astuce géniale…et indispensable. Tu as sûrement déjà hésité à démarrer un dessin dans ton carnet préféré parce que tu avais peur qu’il soit mauvais, raté, et qu’il gâche tout le reste ? J’ai la solution : ton carnet de la honte ! 😀 Le principe est tout simple, dégote-toi un carnet pas particulièrement joli, dont tu te fous un peu, dans lequel tu vas pouvoir faire tous les dessins potentiellement ratés que tu veux !

Ça peut être un carnet déjà entamé que tu vas récupérer, un carnet de croquis pas cher basique (tu en trouves en papier recyclé par exemple, ça peut être pas mal), ou tu peux carrément t’en fabriquer un.

Alors bien sûr, tu ne vas pas y passer des heures, le but c’est de ne pas avoir peur de “l’abîmer” avec des dessins ratés, des brouillons, des croquis pas finis, etc… En gros, quelques feuilles pliées en deux avec deux attaches parisiennes, et le tour est joué ! Tu peux aussi recycler ton papier de brouillon, avec une pince à dessin, pour en faire ton carnet de la honte. (Va voir la vidéo de Dessindigo, tu verras, il explique ça vachement bien en 5 min.)

Pour info, le mien, c’est un carnet de croquis Canson A5 en 90g/m2 , avec pages détachables (pratique si finalement ton croquis te plait bien et tu veux le récupérer pout l’inclure à un carnet plus “prestigieux” 😉 )
Comment le rendre efficace ?

Ce carnet là, tu le laisses traîner sur ton bureau, sur ta table de nuit, sur la table de la cuisine ou du salon…Où tu veux, pourvu que tu l’aies toujours sous le nez. Comme ça, dès que tu fais une pause, que tu es au téléphone, que tu regardes une série… Paf ! Prends-le et dessine, gribouille, croque.

Tu pourrais bien te surprendre, une heure après la fin de ton coup de fil à finir ton dessin, qui n’est pas si mal que ça finalement. Ou bien à couper ta série pour aller mettre sur papier ton idée de génie que tu viens d’avoir pour ton prochain dessin. Qui sait ? (Je vais trop loin ? Tu crois ? Peut être…. Mais peut être pas ! Il n’y a qu’un moyen de le savoir… 😉 )

Ton journal illustré

Je t’en ai déjà parlé ici, mais une manière de stimuler ton inspiration, c’est de dessiner le plus souvent possible. Partout, tout le temps. Et pour ça, rien de tel que de tenir un journal illustré ! 🙂

Le principe est simple : pas de contraintes, pas de pression. Juste un petit carnet que tu trimbales partout avec toi avec un crayon (ou le médium de ton choix). Le but, c’est de le dégainer à la moindre occasion pour griffonner dedans. Peu importe que ce soit moche, raté, pas fini, brouillon. L’objectif, c’est de dessiner un maximum, et que ça devienne un réflexe.

Tu verras, on y prend vite goût. Et puis c’est aussi un bon entraînement pour t’habituer à dessiner en public. (Et apprendre à te foutre du regard des autres !)

J’ai opté pour un petit format, un Moleskine (collection art, pour avoir du papier un peu épais) en A6. Ça rentre dans un sac, dans une poche… Et c’est discret ! 🙂

Crée ta banque d’images : ta source d’inspiration

Depuis des années, j’ai un fichier sur mon disque dur dans lequel je stocke toutes les images inspirantes que j’ai croisées sur le net, et ailleurs. Bien sûr, depuis que j’ai découvert Pinterest et Instagram, ma collection a explosé… Je trouve que ce sont des sources d’inspiration incroyables ! (Quoique dangereusement chronophages…) J’ai remarqué que c’était un trait commun à toutes les personnes de mon entourage qui dessinent. Coïncidence ? Je ne crois pas…

On a tous une petite boîte aux trésors, qui nous aide à trouver l’inspiration quand on ne sait pas bien par où commencer. Mon conseil : fais-toi ta propre banque d’inspiration, où tu pourras aller piocher quand tu auras besoin d’un petit coup de pouce…

…Mais ne passe pas trop de temps à chercher dedans. Quand tu as envie de dessiner, prends une des images de ta liste, et reproduis-là. Ne perds pas ton temps à chercher un modèle. (Je sais d’expérience que ça peut avoir un côté addictif). Choisis la première image qui te fait de l’œil, et ne te pose pas de questions !

N’hésite pas à recopier

La reproduction est un excellent exercice, et la plupart des artistes commencent par ça. N’aie surtout pas honte, et ne te sens pas trop frustré à l’idée de recopier une image existante ! C’est comme ça qu’on apprend. Et puis, qui sait, ça te donnera peut être l’inspiration pour créer un nouveau dessin ? 😉

Et quand tu tu as un trou dans ton emploi du temps, retourne jeter un œil à ton dossier inspiration. Ça te donnera peut être envie d’attraper ton crayon ! (Ou, au pire, d’agrandir encore un peu ta collection)

Quoi qu’il en soit, j’espère que cet article t’aura donné des idées. Je te laisse aller fabriquer ton carnet de la honte ou remplir ton dossier dessin ! 😉 Et si tu es en panne d’inspiration, prends une feuille, un stylo, et commence à dessiner. N’importe quoi, on s’en fout. Tu finiras pas trouver une idée, ou bien une idée te trouvera !

En attendant, à la prochaine, et bon dessin ! 🙂

PS : Allez, comme je t’aime bien, je te montre ma boîte à inspiration à moi ! 🙂


7 thoughts on ““L’inspiration, c’est pour les amateurs””

  • Merci pour ces conseils Laura
    Je ne vais pas les appliquer au dessin car je suis un piètre dessinateur, malgré que cela me plairait beaucoup de pouvoir bien dessiner…
    Je pensais à l’inspiration pour l’écriture ou la prise de vidéos… un carnet est en effet intéressant.
    J’essaie aussi de noter rapidement mes idées car après elles filent très vite…

    • En effet, noter tes idées me paraît une excellente idée Bernard! 🙂 On a beau se dire qu’elles sont tellement bonnes et pertinentes qu’on ne risque pas de les oublier, et pourtant elles filent très vite à la trappe…

  • Eh oui, c’est du travail que nait l’inspiration. Elle n’arrive pas comme ça, comme par magie. Derrière les plus beaux chefs-d’œuvre, il y a en général une énorme quantité de travail. Seulement, personne ne le sait, à part l’artiste 🙂
    On dira qu’il a des facilités. On s’extasiera sur son talent, sur ses dons, rarement sur son travail qui passe alors inaperçu ! Ce qui fait croire au débutant qu’il n’a aucune chance. Quelle erreur !

    • Tu as tout a fait raison Carine ! Rien n’est inné, et à force de s’entraîner, même le plus parfait débutant est capable de grandes choses ! 😉 Faut juste pas se décourager ! Et garder sous le coude de quoi se remotiver et s’inspirer.

  • L’inspiration… c’est pour tout le monde. Très connecté à l’intuition, c’est ce truc indéfinissable qui te donne envie, qui te pousse à… C’est aussi valable en cuisine qu’en littérature ou en balade en forêt. Tiens, prenons la balade en forêt… C’est le truc qui te fait dire “et si j’allais voir par là, pour une fois…” Ou bien ce qui te fait essayer une solution à laquelle tu n’avais pas pensé jusque là. C’est ce qui te pousse à passer à l’action.
    Ensuite, comment tu t’y prends, ce que tu mets en œuvre pour arriver quelque part où tu te sens bien, c’est une autre question. Là le travail entre en ligne de compte.
    Selon la formule consacrée, il faut parait-il 10% d’inspiration et 90% de transpiration pour produire une œuvre d’art. Ca se vérifie tous les jours.

    • Merci Sylvie pour ton commentaire.
      Je suis d’accord avec toi, l’intuition et l’inspiration sont étroitement liées, et je ne dis pas qu’il n’arrive jamais d’être frappé par la grâce. Et même dans ce cas, comme tu dis, cela ne représente qu’une toute petite partie du chemin ! 😉
      Je m’adresse ici surtout à tous ceux qui se cachent derrière un “je n’ai pas d’inspiration, j’y arrive pas, c’est pas mon jour”. J’en ai fait partie pendant longtemps, et je me suis rendue compte que plus je dessinais (même des dessins ratés), plus j’avais l’envie et les idées pour dessiner toujours plus ! Je suis d’avis que la pratique appelle l’inspiration, même si on en manque un peu au début. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *